Saturday night fiver: qui se dit d’une injection

En passant

Saturday night fiver: qui se dit d’une injection d’Ovitrelle le samedi soir

Publicités

On ne peut pas dire que ça s’active…

Eh oui! 2 articles en 1 mois! Qu’est ce que c’est encore que cette grue qui lance une idée de blog et qui ne se donne même pas la peine de rédiger au moins 2-3 articles mensuels, de donner quelques nouvelles quoi…pfffffffffffffttttttttttttttttttt

Honte ! Bouhhhh la vilaine!

Bref, que s’est il passé? Je sens que les lecteurs assidus de ce blog (j’ai eu 4 passages tout de même!! quelle incroyabilité ces statistiques blogesques: je peux vous voir …si si…enfin non pas vraiment vous: juste savoir combien de bonnes âmes sont passées par ici et ont constaté mon manque d’assiduité…d’ailleurs je dois dire que ces 4 vues m’ont données un coup de fouet. Je me suis dit: gutefluchte (c’est de langue néo-multiple), ma cocotte, il est temps de remettre la machine en route) – je tergiverse là non? Nous disions, donc: mais que faisions nous durant tout ce temps: eh bien Monsieur et Madame tombent à l’eau (c’est tout nous ça…grands fans de la bataille navale depuis nos derniers échecs…) prenaient le soleil en Espagne…Grandiose idée puisque le soleil a croisé notre chemin une partie du séjour et que cela nous a permis de nous retrouver à 2!!! Youpi!!! Sans piqures, hôpitaux, ordonnances, psychiatre (ah oui, je ne vous avais pas dit? Nous avions entâmé il y a déjà quelques mois une démarche de demande d’agrément…je vous en parlerai un peu plus tard car nous attendons pour lundi prochain – et avec stress je dois le dire, l’avis du psy…) …le bonheur quoi.

Heureusement, en rentrant ce jeudi, le mauvais temps et la poisse étaient de retour:

– 8°C en pleine journée (j’avais bien fait de ne pas ranger trop vite ce bon vieux manteau qui m’accompagne maintenant depuis quoi…septembre dernier?)

-convocation à la police pour « affaire nous concernant » (quid???suite mardi prochain après le RDV)

-1 annonce d’accouchement, 1 faire-part de naissance dans la boîte aux lettres (perdu: ce n’est pas le faire-part de l’annonce d’accouchement évoquée précédemment. Celle-ci était arrivée par sms bien entendu…ce qui me fait penser: aurais-je un jour cette possibilité: griller mon forfait 30sms gratuits pour arroser copieusement la terre entière de cette bonne nouvelle!!!! Ohhhhhhhhhh ouiiiiiii, je grillerai même 10 forfaits, j’enverrai des MMSincroyables jusqu’aux martiens s’il le faut), 1 annonce de grossesse de jumeaux 100% BIO  (remarquez bien qu’ici, je reste ZEN… Suis-je contente pour eux: oui bien sûr…mais…oh et puis ne gâchons pas cette fabuleuse soirée de réécriture par des considérations négatives…j’enlève le « mais » tiens!!! Je le remettrai plus tard :-))

Où en étais-je? Je ne sais pas, je ne sais plus, je suis perdue…fais commmmeeeuuhhh l’oiseau.

Bon il est temps de raccrocher pour ce soir.

Bonne nuitée!

The show must go on

Ecouter de la musique « triste » dans des moments douloureux: est-ce la bonne technique?

« The show must go » est une chanson de circonstance. Toucher le fond (je crois que mes pieds y sont presque…) pour retrouver un appui et se donner une nouvelle impulsion?

Après les larmes amères, le sang… accompagnant le suivi trihedomadaire aux urgences ayant pour but le suivi de mon état physique interne et de la chute progressive et inexorable du taux béta HCG. Il y a une semaine encore, nous étions si heureux de suivre ce fameux taux (dont tout le monde parle, si si) qui grimpait…Il n’atteindra jamais 1000mIU/mL. Maintenant les docteurs nous féliciteraient presque de le voir diminuer.

Nous suivrons donc cette descente à leurs côtés. Ils ne seront plus là ensuite. Il nous restera alors à nous occuper de notre coeur. C’est bien celui-ci qui fait le plus mal et qui restera marqué à vie.

Là aussi il nous faudra donc des « urgences ». Pouvoir rédiger ces quelques mots était ma première urgence. Première étape étape d’une vie qui s’écrit maintenant avec un « il y a eu » mais qui garde toujours son « il y aura »…